Le blog du festival

Les news We Do BD et l'actualité de la BD numérique

juil 22
Invité 2009 #21 : Pochep

Invité 2009 #21 : Pochep

Posté par We Do BD

Notre 21ème invité est un nouveau venu au Festiblog. Son blog à la fois drôle et décalé, son propos et son talent graphique nous ont convaincu que sa présence était indispensable à notre petite réunion. Voici Pochep :

Illu.festiblog.Pochep.01

Qui es-tu ?

Pochep : trop vieux, trop gay, trop chauve pour aborder sereinement la blogosphère BD. Comprenant vite que je ne serais jamais un roi des dancefloor, j’ai trouvé plus judicieux de rester en coulisses et de faire danser ou chanter mes personnages à ma place

Comment as-tu commencé à dessiner ?

Avec beaucoup de réserve au début. Avec même parfois un rejet complet de la chose dessinée, avant d’admettre que c’était le médium qui me convenait le mieux.

As-tu suivi une formation ?

Aucune formation spécifique à la BD ou au web. J’ai fait les beaux-arts au 20ème siècle qui m’ont beaucoup dégagé les œillères et appris que tout support était valable dès lors qu’il était adapté au discours.

Illu.festiblog.Pochep.05. Peux-tu présenter ton blog ?

Le Politburo était initialement pensé comme un laboratoire d’expériences graphiques sans véritable sens, mais l’envie de raconter des histoires y occupe désormais tout l’espace. J’ai profité de cette narration pour faire une sorte de coming out dessiné et aborder des thèmes gays qui me sont chers et que je ne voyais pratiquement nulle part ailleurs dans l’univers des blogs BD et la bande dessinée d’une manière générale. Je jongle avec différentes séries et personnages récurrents. Mes personnages baignent dans la réalité la plus crasse et sont souvent dépassés par les évènements, confrontés qu’ils sont aux idéologies, aux codes sociaux contemporains, aux ressorts de l’économie mondialisée ou aux sexualités. On stresse, on flippe, on sue beaucoup sur mon blog...

Pourquoi as-tu commencé à bloguer ?

Au début, sans réel conviction ou finalité précise. C’est l’éditeur de mon premier album, Kristijan Cvejic, qui m’a poussé à l’ouvrir, histoire d’entretenir un lien avec les (éventuels) lecteurs de la BD. Je me voyais mal devoir raconter tous les jours mon petit déjeuner. Mais je me suis rapidement pris au jeu, et aujourd’hui c’est un excellent moteur de création.

Quel public voulais-tu rencontrer ?

Je pensais naïvement au départ n’être lu que par d’autres dessinateurs, la suite aura démontré que non.

Et finalement qui sont tes lecteurs ?

Difficile à dire, ils sont très variés je crois. Certains viennent pour mon dessin, d’autres pour ce que je raconte.

Combien de temps passes-tu en moyenne sur tes notes ?

Je poste environ 3 à 4 fois par mois. Mes notes sont assez longues et demandent à chaque fois en temps cumulé au moins deux jours de travail pour chacune d’entre elles. Je travaille plutôt lentement.

Illu.festiblog.Pochep.04.



Est-ce que ce sont des dessins spécialement faits pour le blog ?

Pour la majeure partie oui. Lorsque je manque de matière première, je tape alors dans mes archives. Certaines notes ont eu la chance ensuite de paraître sur papier.

Avec quoi dessines-tu ?

Je dessine d’abord au feutre sur papier, de manière très dispersée. Puis le montage, la mise en forme et la couleur se font sur photoshop.

Quelles sont tes influences graphiques ?

Actuellement Cooper, Winshluss, Gipi, Blain, De Crécy. Goossens également. Mon ton doit beaucoup au Fluide Glacial des années 80.

Combien de temps passes-tu sur les blogs des autres ?

Assez peu finalement. Une trentaine de minutes par jour.

Illu.festiblog.Pochep.03. Quels sont ceux dont tu es fan ?

The Tarp Has Sprung a Leak et Teatime Trap pour la finesse du trait, la virtuosité des croquis, l’invention visuelle et l’intemporalité de certaines compositions. Djou une belle variation de trait, une efficacité d’écriture et quelques thèmes auxquelles je suis particulièrement sensible. Terreur Graphique sa force de production associée à une folie maîtrisée. Night Julia pour la sensibilité du traitement et une narration qui sait prendre son temps. Eric Salch pour sa capacité à tout démolir, lui-même, son lectorat, les blogs BD jusqu’à son blog même. Il y a quelques mois, pour départager un conflit entre son teigneux d’avatar et un de ses personnages secondaires (un chat mielleux) Salch les a mis en compétition et proposé à ses lecteurs de choisir lequel des deux deviendrait le héros de son blog. Le chat l’a emporté d’un poil, et est devenu (temporairement) le maître du blog. Bel exemple d’interactivité.

As-tu fait des rencontres grâce aux blogs ?

Quelques unes oui, d’autres dessinateurs notamment, cela a donné lieu à des échanges et des participations à des travaux communs, Certains lecteurs ont contribué à l’élaboration de quelques notes. Le blog m’a aussi permis de rencontrer Tronchet et de travailler grâce à lui pour l’Echo des Savanes l’an dernier.

Es-tu sensible aux commentaires ?

Oui bien sur, c’est une preuve d’attention qui motive toujours.

Pour toi, quels sont les points forts du blog et de la BD en ligne ?

Une facilité d’accès et de diffusion. La possibilité de tester des formes parfois hasardeuses. Entretenir un lien régulier avec un lectorat, d’autres dessinateurs.

Et les points faibles ?

L’atomisation du récit, l’uniformatisation du rendu. Une certaine redondance.

Comment penses-tu que la blogosphère BD va évoluer ?

Un océan grandissant dans lequel il sera important de se créer des réseaux, des familles de pensée.

Illu.festiblog.Pochep.06.



Penses-tu que les gens vont de plus en plus lire de BD en ligne ?

J’imagine que ce qui vaut pour la presse, la musique ou le cinéma, vaut aussi pour la BD.

De manière générale, penses-tu que la BD numérique (à lire sur le web, sur iPhone, sur PSP...) pourrait nuire à la BD papier ?

La BD sur papier et la BD en ligne vont développer des caractéristiques propres qui leur permettront de coexister. Cela n’empêchera pas les jeux d’influences heureusement.

Où peut-on voir ton travail en dehors des blogs ?

J’ai travaillé avec différents magazines (l’Echo des Savanes, 30 millions d’amis, Métro) et sur quelques albums collectifs (Onapratut, Glénat)

As-tu des albums ? Peux-tu nous les présenter ?

« Le Génome » sorti en 2008 chez Intervista/7ème Choc. Un récit muet d’humour noir en 80 pages. L’histoire d’un clone échappé d’un labo et qui sans connaissance aucune, ni préjugés, va se frotter à différents spécimen de nos sociétés (les vieux, les gens du voyage, les SDF). Ce clone n’est le générateur d’aucun mouvement, il est simplement le catalyseur d’une certaine agitation que de toute façon, il ne perçoit pas. Les personnages de Tati furent ici une de mes références.

Qu'attends-tu de ta venue au Festiblog ?

L’occasion de rencontrer d’autres blogueurs, certains lecteurs. Échanger, partager.

Parle-nous d'un truc qui n'a rien à voir avec la BD et que tu aimes ?

Je me suis pris de passion pour les caddies de supermarché abandonnés dans les rues. Je les assimile à l’albatros du poème de Baudelaire : magnifiques dans leur élément de prédilection (les rayonnages chargés et chatoyants des grandes enseignes pour ce qui concerne les caddies) ; ils deviennent pitoyables dés lors qu’ils en sont extraits et délaissés sur le bord des trottoirs, renversés, coincés entre deux voitures. Je les photographie alors. D’autres m’ont rejoint dans cette quête. C’est beau.

Illu.festiblog.Pochep.02


Un dernier mot ?

Il n’y a pas longtemps, j’ai vu Dany Brillant s’acheter un sandwich rue Mouffetard.

« note suivante | Accueil | note précédente »

Commentaires

Entrée libre et gratuite grâce au soutien de nos sponsors et partenaires

Nos sympathiques voisins

  • Blogs BD FR
  • Madmoizelle.com
  • CFSL.NET
  • Amilova
  • Sandawe
  • Onaprut
  • A Nous Paris
  • 23H BD
  • Golden Blog Awards